Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Autre voyage ornitho-touristique : l'Islande.
Ma compagne et moi y avons séjourné 15 jours durant l'été 2005.

Pour faire vite, c'était un voyage ex-tra-or-di-nai-re !!!! Tant sur l'intérêt ornitho (des millions d'oiseaux...) qu'au niveau des paysages et de leur diversité.

Pour les oiseaux, seules 59 espèces ont été observées. Mais souvent dans d'excellentes conditions. Pas mal de coches, mais également des espèces visibles en France en hiver ou en migration, mais qui ici étaient en plumage nuptial ou accompagnées de juvéniles. 

Pour la photo, c'est moins brillant. Je n'avais pas encore de reflex, et toutes mes photos ont été prises soit au Coolpix 4500 seul (y compris pour certains oiseaux !), soit en digi avec une Swaro AT 80 HD. Je n'ai réussi qu'à photographier 27 espèces (et le résultat n'est pas toujours terrible... ;-(

Également quelques photos de paysages, montrant les milieux dans lesquels évoluent ces oiseaux.

1ère espèce présentée : le Plongeon catmarin (Gavia stellata). Ici nicheur (avec un juv), dans les petites mares à végétation dense, autour du fabuleux lac Myvatn (un des hauts lieux ornitho du pays).

Gavia_stellata3-copie-1.jpg

Gavia_stellata4-copie-1.jpg

On peut voir quelques arbres de bonne taille sur l'image ci-dessous. Mais la caractéristique principale de cette île, qui m'a sauté aux yeux dès mon arrivée, et que j'aurais dû signaler dès le début, est justement l'absence d'arbres ! C'est très frappant et il m'a fallu 2 ou 3 jours pour m'y habituer. La forêt a disparu au fil des siècles et il n'en reste que quelques vestiges, dans le centre de l'île en particulier. Autour du lac Myvatn, il y en a quelques hectares. (Nous y verrons d'ailleurs des Sizerins flammés). Certaines zones sont cependant en cours de reboisement.

Les rares arbres qui subsistent, souvent des bouleaux tordus par la neige et le froid, sont le plus souvent dans ou en périphérie des villes et villages. Mais il n'a pas été rare de faire plusieurs centaines de kilomètres sans voir un seul arbre !

IslandeA278.JPG

Second plongeon nuptial : le plongeon Imbrin (Gavia immer) (bien connu sur la côte atlantique en hiver, mais pas avec le même plumage...).

Plusieurs vus sur un grand lac de la région de Thingvellir. Au nord de ce lac, la faille de Thingvellir, faille de séparation des plaques européenne et américaine, permet de visualiser concrètement la dérive des continents (il pleuvait et nous étions harcelés par des milliers de petits insectes, mais c'était superbe...).

Gavia_immer3.jpg

Gavia_immer4.jpg

IslandeA05.JPG

Encore des photos moches, mais d'une espèce que nous ne voyons pas trop avec des juvs sous nos latitudes : le Grèbe esclavon (Podiceps auritus). Nombreux sur le lac Myvatn.Seul grèbe vu en Islande.

Podiceps_auritus2.jpg

Podiceps_auritus3.jpg

Podiceps_auritus4.jpg

 

Un oiseau omniprésent sur le littoral islandais, le Fulmar boréal (Fulmarus glacialis). Nicheur sur la moindre falaise.

Fulmarus_glacialis2.jpg

Fulmarus_glacialis5.jpg

Fulmarus_glacialis6.jpg

 

Fulmar boréal (Fulmarus glacialis) encore, avec sa progéniture.

Avec un paysage typique des côtes islandaises (les petits points blancs sur la gauche sont probablement des fulmars nicheurs).

Fulmarus_glacialis14.jpg

Fulmarus_glacialis13.jpg

Islande_falaises1.jpg

Encore une photo moche. L'Eider à duvet (Somateria mollissima). Et pourtant je n'ai aucune excuse car ce sont plusieurs dizaines de milliers que nous avons vus, principalement dans les fjords de l'Est et du Nord. Aucun mâle en plumage nuptial (2ème quinzaine de juillet). Dommage !

Somateria_mollissimat2.jpg


Encore 2 photos pas top (il y en aura quelques unes correctes...plus tard). Mais encore une espèce pas très fréquente chez nous : le Arlequin plongeur (Histrionicus histrionicus). D'après le Guide Ornitho, au niveau Paléarctique occidental, il n'est présent qu'en Islande, avec moins de 3000 couples. Nous en verrons moins de 10 individus, en bord de mer.
 
Et pour faire passer la pilule, une photo de paysage. Une plage à l'entrée d'un fjord.
Remarque : le petit point rose en bas à droite, c'est ma compagne. Ce jour-là, elle était en tee-shirt et les pieds dans l'eau. Mais il ne faut pas s'y tromper; elle n'y est restée que quelques secondes et en est ressortie avec les pieds bleus !

Histrionicus_histrionicus5.jpg

Histrionicus_histrionicus7.jpg

IslandeA395.JPG

Un oiseau plus classique, visible sur nos côtes atlantiques en hiver, la Macreuse noire (Melanitta nigra).
Nicheuse sur le fabuleux lac Myvatn. Sur la photo du lac, les colonnes que l'on voit sont formés de lave. L'Islande est une île "récente" issue du volcanisme, dont les traces sont visibles partout (lave plus oui moins récente, sources d'eau chaude, etc.). 

Melanitta_nigra3.jpg
Melanitta_nigra4.jpg
IslandeA321.JPG
Encore un oiseau "qu'y'en a pas chez nous", le Garrot d'Islande (Bucephala islandica) (et aucune photo correcte de mâles... ;-(
Plusieurs vus, avec des jeunes, toujours sur le lac Myvatn, au nord du pays.
Et pour continuer l'illustration du volcanisme de l'île, un geyser (à Geysir, qui a donné son nom au phénomène).

Bucephala_islandica11.jpg

Bucephala_islandica12.jpg
IslandeA16.JPG

IslandeA17.JPG

L'obs que je n'osais espérer : le Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla).
Nous nous étions arrêtés au bord d'un grand fjord pour regarder les phoques se dorer au soleil. Après 20 à 30 minutes d'observation, juste avant de remonter dans la voiture, je pointe la lunette une dernière fois sur un petit îlot rocheux à une centaine de mètres du rivage, et là, surprise, un grand rapace posé ! Puis deux autres, puis un quatrième ! L'identification a été aisée, puisque que c'est le seul de cette taille sur l'île (et que je le cherchais depuis un moment...). J'étais tombé sur une aire, avec 2 grands juvs et les 2 parents pas très loin.
Sur la photo de paysage, l'aire se situe sur le petit rocher au centre, légèrement à droite. Pour ceux qui connaissent l'Islande, le volcan enneigé au fond est situé sur la péninsule de Snaefellsnes. Ce volcan, le Snaefellsjökull, aurait inspiré Jules Vernes pour son roman "Voyage au centre de la Terre".








Un oiseau un peu plus commun : le Lagopède alpin (Lagopus mutus). Plusieurs familles et individus vus. Cette famille cherchait la fraîcheur dans une trouée dans la lave, lors de cette quasi caniculaire journée de juillet : il faisait au moins 20 °C....
Et une autre illustration du volcanisme : 2 coulées de lave, d'âges différents. La zone de gauche commence à s'éroder et à se couvrir d'herbe (milieu dans lequel on retrouvera les lagopèdes).







3 limicoles courants également sur le côtes de notre continent : le Pluvier doré (Pluvialis apricaria), l'Huîtrier pie (Haematopus ostralegus) et le Bécasseau violet (Calidris maritima).
Pas trop farouches, donc pas trop difficiles à photographier.
Et en illustration du bord de mer, un petit port de pêche dans le nord du pays (port duquel nous sommes partis en mer pour aller voir des baleines...et oui... ;-)









Un autre oiseau assez commun, mais dans une posture inhabituelle : un Courlis corlieu (Numenius phaeopus) posé sur un piquet.
Celui-ci a été photographié depuis la voiture, sous la pluie, vers 22h00 (et oui, près du cercle polaire, il fait encore jour...), avec le Coolpix 4500 seul. Nous étions arrêtés certainement trop près de son nid ou de sa progéniture, et cela semblait le mettre de fort mauvaise humeur !
Les Chevaliers gambette et les Bécassines des marais se sont souvent également montrés postés sur un piquet. Le Gambette était d'ailleurs souvent relativement agressif.
Parmi les autres surprises comportementales, je suis sorti un matin assez tôt d'une guesthouse et les oiseaux qui picoraient tranquillement sur la pelouse étaient des...Barges à queue noire !

Pour illustrer la pluviométrie dans ce pays, nous avons rencontré plusieurs chutes d'eau et rivières glaciares spectaculaires.









Un petit oiseau bien sympathique, avec, une fois n'est pas coutume, le femelle plus colorée que le mâle : le Phalarope à bec étroit (Phalaropus lobatus).
Nous avons rencontré les premiers dans une petite mare, dans un paysage de prairie comme sur la photo jointe (prairie, lave et torrent glaciaire). Nous les avons approché avec d'infinies précautions. Précautions totalement inutiles, car ils se laissent approcher à 3-4 mètres sans aucune difficulté...
Assez nombreux sur les bords du lac Myvatn.







2 goélands maintenant, le classique, pour ceux qui fréquentent les bords de mer, Goéland marin (Larus marinus). L'adulte s'essaye au chant et le juv, au vol. Et le moins classique Goéland bourgmestre (Larus hyperboreus).
Et une autre illustration du volcanisme, avec un lac de cratère et une zone d'où se dégage des bonnes odeurs soufrées (comme avec quelques douzaines d'oeufs pourris...).









Une mouette bien sympathique : la Mouette tridactyle (Rissa tridactyla). Nicheuse en colonies parfois très importantes, sur des falaises abruptes.





Mouette tridactyle (Rissa tridactyla) encore, avec des poussins.
C'était assez bruyant...mais quel spectacle !!!!





Un autre oiseau très sympathique d'Islande : la Sterne arctique (Sterna paradisaea).
Nous avons eu l'occasion d'en voir plusieurs dizaines de milliers durant notre tour de l'île.  Beaucoup de colonies sont proches de villages et ces oiseaux ne sont pas farouches. Ils sont même agressifs lorsque l'on s'approche un peu près des juvs. Gare à son crâne ! En deuxième quinzaine de juillet, beaucoup de juvs sont volants, d'autres sont encore au nid.
Sur les photos jointes, une grande colonie est tout près d'une zone très touristique, le lac de Jökulsarlon. C'est un lac coincé entre un glacier et la mer. Des blocs de glace, détachés du glacier, traversent ce lac jusqu'à la mer. C'est un lac rempli d'iceberg. Près de la passe qui mène à la mer, les sternes, ainsi que pingouins, guillemots, macareux et phoques semblaient trouver une nourriture abondante.





Sterne arctique (Sterna paradisaea) encore.
Un groupe de plusieurs centaines d'individus, adultes et juvs, était posé sur une zone plus en moins en friche près d'un petit port.
Mais impossible de s'approcher à pied sous peine d'avoir quelques trous d'aération dans le cuir chevelu !
La route menant au port traversant cette zone, j'en ai profité pour faire quelques photos. Elles ont été prises au Coolpix 4500 seul (qui n'est pas vraiment réputé pour la focale maxi de son zoom...), par la portière de la voiture.





Pour l'ornithologie en Islande, c'est maintenant que les choses sérieuses commencent : les alcidés. 5 espèces vues, et pour certaines d'entre-elles, avec des dizaines ou centaines de milliers d'individus.
Et le lieu incontournable pour les alcidés, et qui vaut à lui seul le déplacement dans cette île lointaine : les falaises de Làtrabjarg. Ce sont plusieurs millions d'oiseaux qui nichent sur ces falaises du Nord Ouest de l'Islande.
Première des 3 espèces de guillemots, le plus "classique" : le Guillemot de Troïl (Uria aalge). 2 formes : la forme classique et la forme bridée, avec un anneau blanc autour de l'oeil, et une bride blanche à l'arrière de l'oeil (la bride n'est pas visible sur cette série de photos, mais le sera sur une autre).








Deuxième guillemot nicheur sur ces fabuleuses falaises, le Guillemot de Brünnich (Uria lomvia).
Par rapport au Guillemot de Troïl, celui-ci a le bec plus fort avec un trait blanc, et le blanc en dessous du cou remonte en pointe, alors qu'il est arondi sur le Troïl.





Les 2 espèces de guillemots présentées précédemment cohabitent, parfois étroitement...
Guillemot de Brünnich (Uria lomvia) avec un trait blanc au bec
Guillemot de Troïl (Uria aalge) avec parfois un trait blanc autour et en arrière de l'oeil.




3ème guillemot, le Guillemot à miroir (Cepphus grylle). A la mi-juillet, il avait quitté les falaises.
C'est l'adulte qui a ce beau miroir blanc. Et 2 juvs sous le soleil.
Et une photo de paysage pour rappeler que l'Islande c'est froid : les glaciers descendent jusqu'au niveau de le mer..







Cousin des guillemots, le Pingouin torda (Alca torda) est lui aussi nicheur sur les falaises de Làtrabjarg.





Et le clou du spectacle : le Macareux moine (Fratercula arctica). Ils nichent dans des terriers. Aux falaises de Làtrabjarg, beaucoup de ces terriers se situent entre la couche de terre arable et le rocher, c'est à dire tout près du sommet. Ils sont donc faciles à voir, et de tout près (plusieurs photos faites au Coolpix 4500 seul, c'est dire...).
Des milliers font d'incessantes navettes entre l'océan et les nids, le bec plein de petits poissons. Eux-même ont des prédateurs, dont l'homme (il est possible d'en manger dans certains restos de Reykjavik ;-( . Nous avons également vu un Grand Corbeau en emporter un dans son bec.






Macareux moine (Fratercula arctica) encore. Portraits.





Un oiseau beaucoup plus classique. Une des 9 espèces (seulement...) de passereaux que nous avons vues. Assez fréquent et peu farouche (beaucoup moins que lors de son passage en France), la Grive Mauvis (Turdus iliacus). Et le volcanisme omniprésent.

 


Autre passereau encore moins farouche que la Grive mauvis, au moins celui-ci. Le Bruant des neiges (Plectrophenax nivalis). Il nichait dans un enrochement dans une zone les plus touristiques d'Islande, Jökulsarlon, le lac à glaçons.
L'adulte venait nourrir des juvs cachés dans les pierres. Il attendait tranquillement que les touristes se poussent légèrement et fonçait rejoindre ses jeunes.







Nous avons eu l'occasion de voir pas mal de phoques, dans les fjords de l'Est et du Nord surtout. Mais je n'en connais pas l'espèce. Je ne sais pas non plus si plusieurs espèces vivent en Islande.
Autre espèce, beaucoup moins sauvage celle-là (quoique...), le mouton ! Ils sont en liberté et souvent par petits groupes, souvent familiaux (une mère et 1 ou 2 jeunes), disséminés dans la campagne. En été (en absence de neige), c'est l'un des rares risques de la conduite automobile : s'il y en a 1 d'un côté de la route et les 2 autres de l'autre côté, il faut s'attendre au pire !




Fin de ma série sur les oiseaux (surtout) d'Islande.

Si je vous ai donné l'envie d'aller visiter cette île fabuleuse, il est possible de télécharger un
compte-rendu de voyage (surtout orienté oiseaux)
Et pour conclure, je ne dirais qu'un mot...  ;-)

 

Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : Audubon nature
  • : Photos nature de "mon" marais et de mes voyages.
  • Contact

Recherche

Archives